01 43 06 72 24 bureau.aea@gmail.com

Que peut-on contre le tribalisme en Afrique sub-saharienne?

9 Juil, 2021

Pierre Diarra, enseignant à l’Institut Catholique de Paris, qui a été longtemps administrateur d’Aide aux Églises d’Afrique, parle de la postface écrite pour le livre collectif “Mission universelle et tribalité”, publié par l’Institut Africain des Sciences de la Mission, aux éditions Baobab à Kinshasa.

“Ce livre, qui aborde un thème de si grande actualité, est écrit dans un contexte précis où l’Afrique sub-saharienne fait sérieusement face à une multiplicité de problèmes relatifs à son identité socio-politique, religieuse, culturelle et ecclésiale. L’entrée de la plupart des pays africains dans le concert mondial de la démocratie ne se fait pas sans heurt. Le choix des leaders politiques, même s’il passe par des voies électorales modernes, finit très souvent par des jets de pierres, des casses, des sit-in sur la voie publique…, en signe de « protestation-revendication »” (Jean-Pierre Bwalwel).

“Un évêque émérite a été (re)nommé évêque. Il a cinquante-sept ans. Au Nigeria, Mgr Peter Okpaleke, nommé évêque en 2012, s’était résigné à devenir émérite, en raison de son origine ethnique” (Jean-Baptiste Malenge).

Vingt auteurs contribuent à ce livre : ils relèvent le défi de la foi chrétienne où “Il n’y a plus ni Juif ni Grec” (pour obtenir le livre : baobab@isemomi.org).

Dans une courte vidéo, Pierre Diarra nous donne son avis sur comment la mission universelle de l’Église aujourd’hui en Afrique peut être conjuguée en même temps au pluriel et au singulier en relevant les défis missionnaires et sur comment chaque groupe ethnique, clan, famille, peut apporter des éléments de valeurs africaines pour mieux accueillir l’Évangile et mieux le proposer aux Africains.

https://www.youtube.com/watch?v=p70XrJwYqWQ

 

Autres articles